bk club architectes

MEFI - Le Stadium, Rudy Ricciotti
24 novembre - 31 janvier
Association la renaissance du stadium
Lieu : Docks Villages
Scénographie : bkCLUB Architectes

bkCLUB Architectes
Marseille - Bordeaux
w w w . b k c l u b . f r

FRICHE DE LA BELLE DE MAI

REHABILITATION URBAINE

«  Se réapproprier le patrimoine (urbain ou paysager) en tant que valeur d’usage identitaire, c’est résister à la mondialisation, et tous ceux qui s’engagent dans cette résistance sont aujourd’hui des utopistes potentiels.  »
F.Choay, entretien avec T. Paquot, 1994, Institut de Paris

La Friche Belle de Mai, est le symbole d’un renouveau, des nouvelles dynamiques urbaines et territoriales, ainsi qu’emblème du ralliement communautaire. Ce rôle de pôle d’attractivité, s’est construit au fur et à mesure des années, évoluant selon les usages qui s’y sont déroulés : tâches industrielles, culturelles « sauvages » et maintenant institutionnalisées.
C’est grâce à Matthieu Poitevin, que nous commençons à travailler en 2008, sur la réalisation du schéma directeur de la Friche la Belle de Mai. Nous serons chef de projet entre 2008 et 2013. Ces 8 années conceptuelles et pratiques, (2 ans de suivi de chantier au quotidien) sont marquées par la forte présence de Patrick Bouchain, alors maître d’ouvrage.

Nous aurons retenu de cette expérience que réhabiliter une friche c’est travailler dans des murs qui racontent des histoires, où l’on ressent les rites, les passages et le travail des anciens.
Réhabiliter une friche c’est trouver un terreau fertile pour engager un chantier fédérateur : un lieu d’apprentissage, et de diffusion du savoir.
Cela implique de travailler sur le commun, et de trouver cet espace de rencontre, ou les rôles s’inversent le temps d’un café, l’ouvrier devient artiste, et l’artiste devient ouvrier.

Cela demande du temps et de l’attention, mais c’est certainement par le chantier que nous toucherons la première constitution du collectif en dévoilant la force fédératrice du lieu. C’est des interventions simples, un café régulier, un atelier béton, un concert extérieur pour accompagner le levée d’une charpente, tout est dans le symbole et l’invitation faite aux acteurs pour leur signifier qu’ils participent à leur lieu.

Car nous ne fabriquons pas seuls des projets, nous les rêvons ensemble.

Ici, l’utopie patrimoniale architecturale, ne réside ni dans le maintien de la ruine, ou de son image, ni dans la livraison de lieux standardisés figés, mais dans la volonté de se réapproprier, de maintenir et de poursuivre envers et contre tout, le travail et les actions amorcées par le passé, qui ont fait que ce lieu existe.

Collages souvenirs #bkcluarchitectes

Portfolio